[Sans titre]‎ > ‎

Ramadan 2018: explication simple du Ramadan pour les non-musulmans

publié le 23 mai 2018 à 06:03 par Mosquée Almohsinine   [ mis à jour : 23 mai 2018 à 06:06 ]

Les musulmans du monde entier ont entamé l’un des 5 piliers de l’Islam : le jeûne du mois de Ramadan.

Étymologiquement, le mot arabe « siyam » (jeûne) signifie le fait de « s’abstenir ». En effet, pendant un mois, les musulmans doivent s’abstenir de:

  • manger
  • boire
  • avoir des rapports charnels avec leur épouses (époux) 
Ces interdits sont à respecter depuis l’aube jusqu’au coucher du soleil. 

Plus que cela, le mois de ramadan est un mois où chaque musulman doit faire un réel effort sur lui même pour améliorer son comportement vis à vis : 

  • de DIEU
  • des gens
  • de lui même. 
Ainsi, la valeur de la récompense du jeûne est telle qu’elle incite non seulement à s’abstenir, mais aussi à concourir dans l’accomplissement des bonnes œuvres et dans la recherche du bon comportement.

Aussi, une question légitime revient souvent en cette période : pourquoi l’ Islam demande-t-il aux musulmans de jeûner ?

L’Islam décrit les bienfaits multiples que bénéficie le musulman qui effectue correctement son mois de jeûne, en voici quelques uns :

  • Sur le plan religieux : DIEU a prescrit le jeûne pour les croyants comme acte d’obéissance et de soumission à Lui, donc un réel acte de piété ; dans ce sens, le Prophète Mohammed disait que jeûner efface les péchés commis toute l’année. Cette période est propice à augmenter la foi du croyant : en effet, il est recommandé durant ce mois de multiplier les prières (notamment la nuit), la lecture du Coran, la méditation, les aumônes, le rappel de Dieu, le repentir… les adorations de DIEU qui permettent de se rapprocher spirituellement du Créateur, le Miséricordieu.

  • Sur le plan spirituel : ces adorations de DIEU développent la dimension spirituelle : l’Islam appelle à purifier son âme, pour mieux l’orienter, mieux la contrôler. Le jeûne est une réelle école du « contrôle de soi » : maîtriser ses envies et émotions, pour ne pas en devenir esclave, pour mieux être avec soi-même, et ainsi mieux être avec les gens. Ainsi, le jeûneur cherche à éduquer son âme pour améliorer son comportement au quotidien. Dans ce sens, le Prophète Mohammed a dit : « Si celui qui jeûne ne s’abstient pas de mentir ou de se comporter de manière inconvenable, DIEU n’a pas besoin qu’il s’abstienne de nourriture et de boisson. »

  • Sur le plan biologique : les études scientifiques démontrant les bienfaits sanitaires et médicaux du jeûne sont dorénavant bien connues : mettre son corps (notamment son système digestif) en repos assaini et renforce l’organisme. D’ailleurs, certaines cliniques utilisent le jeûne pour soigner des cancers. Dans ce sens le prophète a dit : « jeûner vous serez en bonne santé. ».

  • Sur le plan social : pendant le ramadan, le jeûneur vit en parti l’expérience des pauvres. C’est alors qu’il éprouve de la compassion à leur égard et Il est dès lors plus soucieux de s’acquitter de leurs droits, de demander de leurs nouvelles et s’enquérir de leurs besoins. Ceci nous rappelle que des enfants, des femmes et des hommes du monde entier souffrent de la faim, et en meurent, tous les jours. Ce ressenti de la faim pousse le musulman à penser aux pauvres, à leur faire des dons, à prier pour eux, à moins gaspiller, et à remercier Dieu de la nourriture dont il jouit. Une catégorie de personnes ne pouvant jamais jeûner à cause de leur état de santé dû à la maladie ou à la vieillesse devront s’acquitter de la compensation en nourrissant un pauvre pour chaque jour manqué. Rappelons aussi que parmi les aumônes légiférées en islam, il y a l’aumône que le jeûneur doit s’acquitter avant le dernier jour du ramadan pour chaque membre de sa famille en faveur des personnes démunies.

  • Sur le plan familial et fraternel : la rupture du jeûne chaque soir (« iftar ») et le jour de la fête de fin de Ramadan (« aid ») sont des moments vécus en famille et amis. Le Ramadan permet de renforcer voir de renouer les liens familiaux et fraternels et non pas de tomber dans l’égoïsme et l’individualisme.


Ainsi, dans une époque dite de « surconsommation », le musulman vit le mois du jeûne de Ramadan comme une pause pour le corps, et un voyage spirituel pour l’âme. Et comme dit DIEU dans le Coran : « Prenez vos provisions, et certes, la meilleure provision est la piété. » (Sourate 2, verset 197)